Pourquoi faire du sport après 60 ans ?

Photo couple marchant en forêt

Retrouver son souffle, limiter le surpoids et l’hypertension, améliorer sa mobilité et ses réflexes... Les seniors n’ont que des avantages à pratiquer une activité physique. A la clé : une plus grande longévité et un meilleur confort de vie.

Les bénéfices du sport sur les capacités cardiorespiratoires

Avec l’âge, les parois des vaisseaux sanguins s’épaississent, perdent leur élasticité et durcissent. Il s’ensuit pour le cœur une surcharge de travail. Dans le même temps, les parois du muscle cardiaque perdent de leur capacité à se contracter efficacement.

Par ailleurs, l’élasticité de la cage thoracique et des poumons diminue avec l’âge, ainsi que le nombre d’alvéoles, ce qui réduit la surface consacrée aux échanges d’oxygène et de dioxyde de carbone entre l’air et le sang.

Toutes ces modifications cardiovasculaires et pulmonaires diminuent l’apport de nutriments et d’oxygène aux organes (et donc aux muscles). La capacité à faire face aux efforts s’en trouve diminuée.

Chez les plus de 60 ans, l’activité sportive régulière améliore la ventilation pulmonaire, ainsi que l’irrigation et l’efficacité cardiaque. De plus, elle contribue à la prévention des maladies coronariennes et lutte contre le surpoids et l’hypertension artérielle.

Les bénéfices du sport sur la mobilité et la coordination motrice

En vieillissant, les capacités sensorielles, très importantes dans la locomotion et la sensation du corps dans l’espace, sont diminuées. La transmission de l’influx nerveux aux cellules musculaires perd également de son efficacité et de sa rapidité.

Par ailleurs, les muscles s’atrophient et leur force diminue. À 50 ans, la force musculaire a baissé de 10% à 20% par rapport à celle d’une personne de 30 ans. Un homme jeune a, en moyenne, 36 kg de muscles. Il n’en a plus que 23 à 70 ans.

Les os perdent leurs sels minéraux. L’os devient plus friable, moins capable de soutenir les efforts.

Enfin, la lubrification des articulations est moins efficace. Les ligaments articulaires deviennent fibreux. La souplesse diminue de façon importante : de 30% à 50% entre 20 et 60 ans.

Une activité sportive régulière après 60 ans contribue à préserver la masse et la densité osseuses, le tonus et la masse musculaire, la souplesse tendineuse et articulaire, la coordination motrice et les réflexes. De plus, elle améliore le maintien de l’équilibre et de la sensation du corps dans l’espace (prévention des chutes).

Par ailleurs, de nombreuses études semblent indiquer que la pratique régulière d’une activité sportive après 60 ans contribue à entretenir la vigilance, à prévenir les troubles de l’érection, à réguler le sommeil et à prévenir l’isolement, source d’anxiété et de dépression.

Quelles précautions à prendre ?

Pour les personnes qui commencent un sport après 60 ans, il est nécessaire de mettre en place un entraînement progressif sur une année, après une visite complète chez un médecin du sport qui assurera un suivi tout au long de la première année.

Il est souhaitable de subir un autre examen après trois à six mois pour mesurer la réaction du corps à la stimulation sportive. Un examen médical complet annuel est à prévoir.

Chez les seniors, l’intensité de l’exercice doit permettre au sportif de pouvoir parler pendant l’effort. Un essoufflement exagéré, des palpitations du cœur ou une douleur inhabituelle (en particulier au niveau de la poitrine) doivent impérativement entraîner l’arrêt de l’exercice et justifient une consultation médicale.

Les seniors sportifs ont intérêt à pratiquer un échauffement complet, suffisamment long, et veiller à ne pas se déshydrater. La sensation de soif s’émousse avec l’âge et il est important de boire régulièrement avant, pendant et après l’exercice.

Articles recommandés Vitalité

Prendre soin de son capital santé en respectant quelques règles de base reste une des meilleures...
Accessible et socialisante, la Fédération Française Sports pour Tous a pour ambition de mettre à la...
Le vieillissement s’accompagne d’une diminution des capacités fonctionnelles globales de l’organisme...
La fatigue constitue un motif fréquent de consultation en médecine générale. Téléchargez notre...