Peut-on utiliser la phytothérapie chez les enfants ?

Photo produits de phytothérapie

Les parents pensent parfois que les remèdes à base de plantes sont moins dangereux pour leurs enfants que les médicaments classiques. Pourtant, les plantes médicinales contiennent des principes actifs qui peuvent provoquer des effets toxiques chez les enfants.

Il est fortement recommandé de consulter un professionnel qualifié avant d’utiliser la phytothérapie chez les enfants.

Par voie orale, pas de plantes chez les moins de 12 ans

Dans la plupart des dossiers que l’Agence européenne du médicament (EMA) consacre aux plantes médicinales, elle en contre-indique l’usage chez les enfants de moins de 12 ans et, très souvent, chez les moins de 18 ans. Ces précautions sont particulièrement importantes pour les plantes administrées par voie orale.

Quelques exceptions existent, par exemple des médicaments de phytothérapie vendus en pharmacie destinés à soulager la nervosité et les troubles du sommeil des enfants de plus de 3 ans. Ces médicaments, même s’ils sont en vente libre, doivent impérativement être administrées sous le contrôle d’un médecin.

À partir de l’âge de 6 ans, il est possible d’utiliser certaines plantes contre la constipation, les nausées ou la toux, mais toujours sous contrôle médical.

Certaines plantes peuvent être utilisées en application sur la peau

Lorsqu’elles sont utilisées en application locale, certaines plantes peuvent être utilisées chez les enfants, dans le respect des précautions particulières à chaque plante.

Demandez conseil à votre pharmacien.

Produits à base de menthe : attention danger !

En raison du risque d’apnée réflexe par spasme du larynx, l’utilisation de toutes les formes de menthe est contre-indiquée chez les enfants de moins de 2 ans ; elle est déconseillée entre 2 et 4 ans et chez tous les enfants sujets aux convulsions.

En 2008, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a émis des recommandations concernant l’usage de cosmétiques contenant du menthol chez les enfants de moins de 6 ans. Leur teneur en menthol doit être réduite (moins de 4,5 %). De trop fortes doses exposent en effet à des effets indésirables graves, notamment des convulsions.

Huiles essentielles, pas sans avis médical

En 2010, l’ANSM a publié des recommandations sur l’usage des huiles essentielles. Celles-ci doivent être utilisées avec la plus grande prudence chez les enfants, en particulier les huiles essentielles de cannelle, de girofle, de muscade, d’origan, de thym ou de menthe poivrée, qui ne doivent jamais être utilisées chez un enfant sans avis médical.

L’usage d’huiles essentielles par voie orale doit impérativement être évité chez les enfants.

Articles recommandés Vitalité

Prendre soin de son capital santé en respectant quelques règles de base reste une des meilleures...
Retrouver son souffle, limiter le surpoids et l’hypertension, améliorer sa mobilité et ses réflexes...
Accessible et socialisante, la Fédération Française Sports pour Tous a pour ambition de mettre à la...
Le vieillissement s’accompagne d’une diminution des capacités fonctionnelles globales de l’organisme...