Les règles de base du sport chez les enfants

Photo enfants jouant au football

Échauffement, récupération, rythme d’entraînement adapté à l’âge et au sport pratiqué, vigilance quant à un éventuel surentraînement… Quelle est la bonne attitude à adopter lorsqu’on a un enfant sportif ?

Échauffement et récupération à chaque entraînement

L’échauffement prépare l’organisme à l’effort 

Le système cardiorespiratoire augmente son rythme pour faire face à la demande accrue en oxygène et en nutriments des muscles. L’augmentation progressive de la température permet un meilleur fonctionnement de la musculature.

Par ailleurs, l’échauffement permet de ne pas solliciter à froid les tendons et les articulations avec les risques de traumatisme que cela entraînerait.

La récupération se déroule en plusieurs étapes

  • À la fin de l’entraînement, l’enfant doit effectuer une phase de récupération active qui permet à son organisme de retrouver plus vite un fonctionnement normal.
  • Les étirements qui accompagnent la récupération permettent aux muscles et aux tendons de se détendre, ce qui minimise les risques de courbature.
  • La récupération signifie également une reconstitution des réserves en eau, sels minéraux et énergie.
  • Enfin, le sommeil joue un rôle essentiel dans la récupération.

Des entraînements à un rythme adapté à l’enfant

Pour que l’enfant puisse récupérer, les séances d’entraînements hebdomadaires ne doivent pas dépasser les capacités de chaque tranche d’âge. Pour ne pas dépasser ses limites, un enfant de 8 ans ne doit pas s’entraîner plus de 4 à 6 heures par semaine (heures d’éducation physique scolaire comprises), pas plus de 6 à 8 heures à 12 ans et pas plus de 8 à 10 heures à 14 ans. Ces indications sont à adapter en fonction de l’intensité de l’activité sportive.

Attention, les enfants ont tendance à ne pas savoir exprimer leur douleur (lorsqu’ils sont petits) et à ne pas y faire attention (lorsqu’ils sont plus grands). Il faut apprendre aux jeunes sportifs à faire attention aux messages d’alerte de leur corps (fatigue, douleur, gêne, etc.) pour éviter les problèmes de santé.

Éviter le surentraînement de l'enfant

Chez l’enfant comme chez l’adulte, les conséquences négatives d’un entraînement excessif sont multiples : retard de croissance, fractures de fatigue, tendinites, maladies infectieuses.

Autre conséquence néfaste, la fatigue chronique aboutit à une baisse des performances, de la motivation et peut même être à l’origine d’un épisode dépressif.

Les parents d’un enfant sportif doivent être attentifs à un soudain manque d’intérêt pour ses activités préférées, une irritabilité, des insomnies, des difficultés scolaires, etc. Un surentraînement peut se cacher derrière ces signes.

La compétition, une bonne ou une mauvaise chose ?

Si l’enfant en exprime le désir, la compétition sportive peut apporter des bénéfices :

  • les enfants se rendent avec plus de plaisir à leurs entraînements pour préparer une compétition ;
  • se mesurer à plus fort que soi permet de réaliser que des progrès sont encore possibles. Les tournois permettent de savourer le goût de la victoire et de connaître celui de la défaite.

La compétition dérive parfois vers des aspects plus négatifs : le surentraînement, la surmotivation ou les accidents. Ces derniers sont plus fréquents à l’adolescence lorsque les enfants d’une même tranche d’âge ne sont pas tous au même niveau de développement physique. Les plus petits sont alors plus exposés aux accidents en essayant de se mesurer aux autres.

Le surclassement, qui fait passer un jeune dans une catégorie supérieure (un minime chez les cadets, par exemple), est potentiellement dangereux si l’enfant n’a pas le développement suffisant. Un surclassement ne peut être envisagé que lorsque l’âge physiologique de l’enfant dépasse nettement son âge chronologique et correspond à celui de la classe d’âge qu’il souhaite intégrer.

Articles recommandés Vitalité

Prendre soin de son capital santé en respectant quelques règles de base reste une des meilleures...
Retrouver son souffle, limiter le surpoids et l’hypertension, améliorer sa mobilité et ses réflexes...
Accessible et socialisante, la Fédération Française Sports pour Tous a pour ambition de mettre à la...
Le vieillissement s’accompagne d’une diminution des capacités fonctionnelles globales de l’organisme...