L’équilibre alimentaire chez la femme enceinte

Photo 7 familles d’aliments

Si l’ensemble des besoins en nutriments de la femme enceinte augmente légèrement du fait de la croissance du bébé et des modifications physiologiques propres à la grossesse, les recommandations concernant l’alimentation des adultes restent appropriées aux femmes enceintes.

Varier et équilibrer son alimentation

Pendant la grossesse, les besoins supplémentaires en calories sont en moyenne de 280 à 300 calories par jour. Si l’alimentation de la femme enceinte est variée et équilibrée, elle suffit à couvrir cette augmentation des besoins.

Les seuls compléments parfois prescrits concernent les folates (vitamine B9 ou acide folique) en tout début de grossesse, puis le fer et la vitamine D.

Il faut veiller à consommer chaque jour des aliments des cinq grandes familles d’aliments : pain et féculents, viande-poisson-œufs, fruits et légumes, produits laitiers et matières grasses. En adoptant des proportions raisonnables et en s’abstenant de grignoter, la future mère évitera une prise de poids trop élevée.

En moyenne, les femmes enceintes devraient consommer quotidiennement 150 à 200 g de viandes-poisson-œufs, 250 à 300 g de féculents, 150 g de pain, 200 à 300 g de légumes, trois produits laitiers, trois fruits et 50 g de matières grasses.

Le pain et les féculents pour éviter les coups de pompe

Les besoins en glucides de la femme enceinte sont généralement identiques à ceux des autres adultes.

En privilégiant le pain et les féculents tels que les produits à base de céréales, les pommes de terre ou les légumes secs, il est possible d’éviter les coups de pompe liés à une baisse du taux de sucre dans le sang.

La présence de fibres dans le pain et les céréales complètes contribue à prévenir la constipation, un problème fréquent au cours de cette période.

Davantage de protéines pendant le dernier trimestre

Les besoins en protéines augmentent pendant le troisième trimestre de la grossesse. Les femmes enceintes doivent consommer environ 60 g de protéines par jour les trois derniers mois.

Ces protéines devraient provenir à la fois de sources animales telles que viandes, œufs, poissons et produits laitiers, et de sources végétales comme le pain, les pâtes et les légumes secs.

En France, l’alimentation apporte habituellement une quantité suffisante de protéines pour couvrir ces besoins.

Des matières grasses diversifiées pour une bonne croissance du bébé

Les lipides sont indispensables à la constitution de réserves énergétiques pendant la grossesse et au développement du fœtus, en particulier à celui de son cerveau.

Il est important de diversifier les sources de graisses et de privilégier les diverses huiles végétales (colza, noix et olive, par exemple), ainsi que les poissons gras comme les maquereaux, les sardines et le saumon, riches en oméga 3.

Les femmes qui présentent un terrain allergique éviteront l’huile d’arachide et la consommation de cacahuètes, afin de prévenir une allergie alimentaire de ce type chez l’enfant à naître.

Boire suffisamment tout au long de la grossesse

Une femme enceinte doit boire au moins un litre et demi de liquide chaque jour : eaux minérales (en particulier celles riches en calcium), tisanes, jus de fruits sans sucres ajoutés…

Mieux vaut limiter les boissons riches en caféine comme le café, le thé, le chocolat ou les colas, qui peuvent stimuler le fœtus.

Par ailleurs, l’excès de caféine (également appelée théine) peut augmenter le risque de fausse couche.

La consommation de thé ne doit pas dépasser un litre par jour, car un excès de thé réduit l’absorption du fer par l’intestin.

Articles recommandés Minceur

La cellulite est une déformation du tissu graisseux sous-cutané observée chez presque toutes les...
Nul besoin d’être un professionnel de la nutrition pour adopter une alimentation équilibrée !
Une tendance inquiétante de ces dernières années est la préoccupation grandissante des adolescents...
Pour éviter les déséquilibres nutritionnels, dont certains peuvent avoir de graves conséquences, il...