Les maladies transmises par les insectes en zones tropicales et subtropicales

La pullulation des insectes piqueurs en zones tropicales et subtropicales expose à de nombreuses maladies, dont certaines seulement sont évitables par une vaccination ou l’utilisation de médicaments.
Les moustiques ne sont pas les seuls vecteurs de maladies et d’autres insectes hématophages peuvent transmettre des virus, des parasites ou des bactéries à l’homme et aux mammifères. Une protection permanente contre les piqûres d’insectes est donc une nécessité pour tous les voyages dans ces zones.

a.    Les principales maladies transmises par les moustiques

- le paludisme :
Présent dans presque toutes les zones intertropicales, il est transmis par les anophèles femelles, qui piquent du crépuscule à l’aube. Certaines formes de paludisme peuvent évoluer vers des accès graves. La prévention repose sur la chimioprophylaxie qui varie selon les pays et sur la lutte contre les piqûres d’anophèles. Une consultation médicale est toujours nécessaire avant de voyager en zone de paludisme.
- la fièvre jaune :
Cette maladie virale potentiellement mortelle sévit en Afrique et en Amérique du sud. Le virus est transmis par la piqûre de certaines variétés d’Aedes, un gros moustique d’activité diurne, vivant plutôt en ville et capable de transmettre d’autres maladies. Pour voyager dans les zones d’endémie, la vaccination est obligatoire et elle ne peut être effectuée que dans des centres spécialisés.
- la dengue :
Elle est due à un virus transmis par certains moustiques Aedes (A.aegypti, A.albopictus, A.polynesiensis) et est très répandue dans toutes les régions tropicales et subtropicales. Elle se manifeste par une fièvre brutale et élevée, avec des douleurs musculaires importantes. Le plus souvent, la maladie dure quelques jours mais il est possible de l’attraper plusieurs fois. Certaines formes s’accompagnent d’hémorragies et peuvent être graves. Il n’existe ni vaccin ni médicaments préventifs et la lutte contre les piqûres est la seule prévention possible.
- le chikungunya :
Cette maladie virale est présente en Afrique subsaharienne, en Asie du sud-est, dans les régions tropicales du sous-continent indien et dans les îles du sud-ouest de l’Océan indien. Elle est aussi transmise par les moustiques Aedes (A.aegypti, A.albopictus). La fièvre dure quelques jours mais les douleurs peuvent persister plusieurs mois. Il n’existe ni vaccin ni médicaments préventifs et la lutte contre les piqûres est la seule prévention possible.
- d’autres maladies, plus rares, plus ou moins graves, peuvent aussi être transmises par les moustiques : elles peuvent être parasitaires (filarioses lymphatiques) ou virales (fièvres hémorragiques, encéphalites).

Aedes, vecteur de la fièvre jaune, de la dengue et du chikungunya
Aedes, vecteur de la fièvre jaune, de la dengue et du chikungunya est un gros moustique facilement reconnaissable à l’œil nu en raison de ses longues pattes tigrées (« moustique tigre »). Il pique le jour et est présent dans les villes.

b.    Les maladies transmises par les autres insectes

Les tiques transmettent, sous toutes les latitudes, divers virus et bactéries à l’origine de fièvres parfois hémorragiques et d’encéphalites.
La maladie du sommeil est transmise par la glossine (mouche tsé tsé)  capable de piquer à travers les vêtements et vivant exclusivement dans certaines régions d’Afrique.

c.    Comment se protéger des insectes ?

Il faut une stratégie globale, de jour comme de nuit, qui varie selon les conditions de voyage et les personnes à protéger :

  • Des répulsifs pour les zones découvertes
  • Des vêtements amples et couvrants éventuellement imprégnés d’insecticide
  • Une moustiquaire pour dormir

Les répulsifs permettent d’éloigner la plupart des insectes, mais seules certaines molécules sont efficaces sur les variétés tropicales. La climatisation est un moyen efficace pour empêcher les insectes d’entrer dans les habitations mais elle ne suffit pas. Les serpentins à l’extérieur et les plaquettes électriques à l’intérieur sont des moyens complémentaires. Enfin, il faut veiller à l’absence d’eau stagnante aux abords de l’habitation qui pourraient abriter des larves de moustiques.

Articles recommandés Médecine des voyages

Comment partir bien assuré dans l'un des pays de l'espace économique européen ? Et dans un pays...
Voyager quand on est enceinte est tout à fait possible, pour peu que l’on choisisse sa destination...
Lorsqu’elle est stabilisée, l’insuffisance rénale chronique n’empêche pas de voyager, à condition de...
Lorsque l’on voyage avec un nourrisson, mieux vaut prendre certaines précautions avant et pendant le...