Comment prévenir le mal des transports ?

Il existe des moyens de prévenir le mal des transports

Le mal des transports (également appelé cinétose) est un trouble lié aux déplacements sur terre, sur l’eau ou dans l’air qui provoque nausées et vomissements. Les pratiquants de planche à voile, de voile et même de plongée peuvent eux aussi souffrir de cette perturbation du centre de l’équilibre. Comment prévenir son apparition ?

Quelles sont les causes du mal des transports ?

Les causes de la cinétose sont complexes. L’organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne perçoit très rapidement les balancements, les roulis, les ralentissements et les accélérations du moyen de transport ; il transmet alors ces informations au centre de l’équilibre du cerveau.

De même, les yeux et les récepteurs sensoriels des muscles et des articulations renvoient leurs informations sur la position du corps dans l’espace, mais moins rapidement que l’oreille interne.

Le centre de l’équilibre reçoit donc en peu de temps des messages divers en partie contradictoires, qu’il ne peut traiter correctement. Le cerveau est pour ainsi dire « déconcerté » et réagit en provoquant les symptômes du mal des transports : nausées, transpiration, vertiges, salivation, voire vomissements.

Comment prévenir le mal des transports ?

Des mesures simples permettent souvent d'éviter le mal des transports :

  • Évitez les repas copieux avant le voyage, mais ne partez pas pour autant à jeun. Privilégiez une nourriture solide plutôt que liquide.
  • Renoncez à l’alcool, au tabac et au café, avant et pendant le voyage. Choisissez une section non-fumeurs dans les trains où la cigarette est encore permise et abstenez-vous de fumer en voiture.
  • Maintenez la tête droite, sans faire de mouvements brusques pendant le voyage.
  • En voiture, installez-vous à l’avant à côté du conducteur, et regardez loin devant vous.
  • Dans le train ou sur le bateau, asseyez-vous dans le sens de la marche. Certaines personnes se sentent mal quand elles sont installées dans le sens contraire.
  • Choisissez une place près de la fenêtre et regardez le paysage au loin. Tant que les yeux perçoivent le déplacement, le mal se manifeste moins rapidement.
  • En bateau, évitez de rester à l’intérieur, les espaces confinés favorisent l’apparition des symptômes.
  • Si vous êtes sujets au mal des transports abstenez-vous de lire, d’écrire ou d’entreprendre une activité qui réclame votre attention visuelle.

Si ces mesures sont insuffisantes, il est également possible de prendre en prévention du mal des transports un médicament antihistaminique. Demandez conseil à votre pharmacien. En général, ces médicaments doivent être pris une demi-heure à une heure avant le départ, puis si besoin au cours du voyage, en respectant un intervalle d’au moins six heures entre les prises. Ils peuvent être à l’origine d’une somnolence ou d'une baisse de la vigilance, plus ou moins intense selon les personnes.

Des patchs (dispositif transdermique) à coller derrière l’oreille peuvent également être prescrits par le médecin. Ils sont réservés à l’adulte et doivent être appliqués la veille au soir pour un départ matinal ou le plus longtemps possible avant le départ (entre 6 et 12 heures) et gardé pendant tout le voyage.

Articles recommandés Médecine des voyages

Comment partir bien assuré dans l'un des pays de l'espace économique européen ? Et dans un pays...
Voyager quand on est enceinte est tout à fait possible, pour peu que l’on choisisse sa destination...
Lorsqu’elle est stabilisée, l’insuffisance rénale chronique n’empêche pas de voyager, à condition de...
Lorsque l’on voyage avec un nourrisson, mieux vaut prendre certaines précautions avant et pendant le...