L’insuffisance veineuse chez la femme enceinte

Photo femme enceinte examinant ses jambes
1. Les femmes enceintes présentent-elles fréquemment des troubles veineux ?
• Les troubles d’origine veineuse sont en réalité très fréquents chez la femme enceinte : environ une femme sur deux constate l’apparition de désordres veineux au cours de sa grossesse.
• Le plus souvent, les symptômes surviennent au cours de la deuxième grossesse, et dans plus de la moitié des cas dès le premier trimestre.
• Généralement, ces troubles vont disparaître, mais il est nécessaire de les prendre en charge : d’une part pour stopper leur évolution, qui peut être douloureuse, mais aussi parce qu’ils peuvent être le signe d’un trouble veineux chronique, que la grossesse a révélé.
• Les symptômes les plus fréquemment retrouvés sont essentiellement lourdeur, douleur, œdème (c’est-à-dire des pieds ou des jambes gonflées), apparition de varices superficielles, et également, souvent, hémorroïdes.
• Les risques liés aux varices sont essentiellement les phlébites superficielles (inflammation aiguë d'une varice située sous la peau, entraînant une douleur au repos comme à la marche ; la jambe est chaude, rouge et gonflée, la peau au-dessus de la veine est enflammée, une fièvre modérée peut apparaître).
• Des complications plus sévères, thromboemboliques, peuvent également survenir : la phlébite profonde (ou thrombose veineuse, c’est-à-dire la formation d'un caillot de sang dans une veine, généralement du mollet).
2. Pourquoi les femmes enceintes ont-elles un risque accru de maladie veineuse ?
• La grande quantité d’hormones de grossesse favorise la dilatation des veines. Pendant les premiers mois de grossesse, la décharge hormonale est cent fois supérieure à la normale.
• De plus, en augmentant de volume pendant la grossesse, l’utérus comprime les veines profondes, qui assurent la remontée sanguine vers le cœur. Ainsi, le retour sanguin est plus difficile et la stase veineuse, qui est la stagnation du sang dans les veines, est favorisée.
• Enfin, les symptômes rencontrés sont accentués par la répétition des grossesses. Cela correspond à la notion de Capital veineux : une fois que celui-ci a été entamé, le système veineux est comme affaibli, et chaque situation « à risque » l’atteint d’autant plus facilement.
3. Que peuvent faire les femmes enceintes pour prévenir la maladie veineuse ?
• Si aucune recommandation nationale n’a encore été établie dans ce sens, la Haute Autorité de Santé française propose, vu le risque thromboembolique, l’utilisation systématique des bas de compression médicale, non seulement pendant la grossesse, mais également jusqu’à 6 mois après l’accouchement en cas de césarienne. Il est recommandé de porter des produits de classe 2 ou 3 (lire notre article sur la compression médicale élastique).
• Lors de la grossesse, la compression est ainsi efficace pour prévenir l’apparition d’un œdème et la survenue d’une thrombose veineuse superficielle ou profonde.
4. Quel rapport ont les hémorroïdes, qui surviennent parfois chez les femmes enceintes, avec la maladie veineuse ?
• Les hémorroïdes sont des dilatations veineuses survenant au niveau de l’anus : elles constituent l’une des complications de la maladie veineuse.
• Ces hémorroïdes sont causées par des modifications hormonales, qui agissent d’une part sur la qualité de la veine et la circulation veineuse, mais aussi sur le transit intestinal, entraînant une constipation, qui favorise également les hémorroïdes.
• La première fois, une consultation médicale est recommandée.
5. Et après la grossesse ? Le risque de phlébite reste-t-il augmenté ? Doit-on continuer à prendre des dispositions de prévention ?
• S’il y a eu des troubles veineux tels que œdème, varices pendant la grossesse, le « Capital veineux » a été un peu entamé : c’est la raison pour laquelle, notamment, les varices post-grossesse sont fréquentes.
• Donc, après la grossesse, il est conseillé de conserver des mesures hygiéno-diététiques adaptées : de la marche régulière, une alimentation variée, notamment riche en fibres et pauvre en graisses, des douches froides.
• Certaines situations particulières, comme les grosses chaleurs, les voyages en avions longs ou fréquents, ou la station debout prolongée, sont également à éviter.
• Et puis, de façon générale, il faut surveiller l’apparition de varices et l’ensemble des symptômes pouvant suggérer une insuffisance veineuse, et consulter son médecin sans tarder en cas de problème !

Articles recommandés Maladie veineuse

La maladie veineuse, qui se traduit fréquemment dans les premiers temps par la sensation de jambes...
Petit houx, marronnier... Les plantes proposées dans le contexte de la maladie veineuse (jambes...
L’insuffisance veineuse chronique (IVC) est une maladie de long terme, dont les déterminants et les...
C’est le traitement de base de l’insuffisance veineuse chronique. La compression médicale élastique...