Seniors, la douleur n’est pas une fatalité !

Photo personne âgée ayant mal à la tête

Chez les personnes âgées, la douleur est fréquente et souvent liée à de nombreuses affections chroniques, notamment du système locomoteur (douleurs sciatiques, arthrose, douleurs musculaires, etc.).

On estime que 60 % des personnes âgées de plus de 70 ans souffrent de douleurs chroniques, dont un tiers de douleurs sévères. Ce pourcentage peut atteindre 80 % en fin de vie.

Pas toujours facile d’exprimer sa douleur

L’expression de la douleur chez les personnes âgées s’apparente à celle des adultes mais, lors de problèmes de santé graves, elle peut s'apparenter à celle des enfants.

En effet, de nombreux troubles de santé liés à l’âge viennent perturber l’expression de la douleur : difficultés de communication associées à des troubles de l’audition, des troubles de la parole ou des troubles cognitifs plus graves (maladie d’Alzheimer par exemple).

Dans tous ces cas, le médecin recherche attentivement les signes non verbaux de la douleur : mimiques du visage, attitudes (les positions dites antalgiques, les gestes visant à protéger une zone du corps douloureuse) et comportements (réduction des déplacements, repli sur soi, tristesse ou agressivité, perte d’appétit, gémissements, pleurs, etc.).

Le contexte affectif peut également perturber l’expression de la douleur. L’isolement, l’ennui, un état dépressif, le sentiment de n’avoir plus d’importance peuvent conduire une personne âgée à endurer ses souffrances en les exprimant très peu.

De plus, les idées reçues du type « douleurs de l’âge » poussent les seniors à se résigner à la douleur sans la signaler au médecin, ni à leurs proches.

Préserver l’autonomie

Soulager les douleurs des personnes âgées est essentiel. Chez elles, le contrôle de la douleur augmente l’autonomie. La personne âgée peut de nouveau se déplacer, s’occuper d’elle-même et communiquer avec l’entourage familial ou amical, ce qui améliore son moral et entretient ses facultés intellectuelles.

La prise en charge thérapeutique de la douleur chez les personnes âgées se fait à l’aide des antalgiques usuels. Néanmoins, des adaptations de posologie sont parfois nécessaires pour compenser une moins bonne capacité d’élimination des reins.

De plus, le choix des médicaments prescrits se fait en fonction des autres médicaments pris par la personne âgée (souvent nombreux), afin d’éviter des problèmes d’interactions médicamenteuses toxiques.

Enfin, le médecin s’assure que les antalgiques prescrits n’entraînent pas certains effets indésirables plus fréquents ou plus dangereux chez les personnes âgées, en particulier la confusion, la sédation, l’hypotension artérielle et les vertiges, la rétention d’urines ou la constipation.

En règle générale, chez les seniors, les médicaments antalgiques sont administrés à la plus faible posologie efficace et selon un rythme adapté à la personne (administration lorsque la douleur revient).

Une évaluation pluridisciplinaire si nécessaire

Chez les personnes âgées qui souffrent de troubles de la communication, l’évaluation de l’efficacité de ces traitements antalgiques se fait grâce à des échelles d’évaluation de la douleur qui reposent sur l’observation des comportements, des mimiques et des activités (lire notre article Evaluation de l’intensité de la douleur).

Cette évaluation, pour être plus fiable, est faite de manière pluridisciplinaire par tous les professionnels de santé qui entourent la personne âgée : médecin, pharmacien, infirmière, kinésithérapeute, assistante à domicile, etc.

 

La douleur n’est pas une fatalité liée à l’âge. Si vous avez mal et que cela diminue votre qualité de vie, parlez-en à votre médecin traitant qui pourra vous orienter vers un centre spécialisé.

 

Lire nos questions-réponses concernant la prise en charge de la douleur.

 

Articles recommandés Douleur

La « mindfulness » ou MBSR, issue de la médecine chinoise, utilise des techniques de méditation en...
Hypnothérapie, sophrologie... Diverses techniques de relaxation sont utilisées pour soulager les...
Le médecin de famille, le pharmacien, le psychologue, et aussi les centres spécialisés, sont là pour...
La douleur est un signe d’alarme qui prévient l’organisme d’une agression ou du mauvais...