Edito : Le diabète, qu’est-ce que c’est ?

Photo test glycémique

Le diabète se caractérise par un taux de sucre trop élevé dans le sang (hyperglycémie) lié à un mauvais fonctionnement du pancréas. Aujourd’hui 3,5 millions de Français en sont atteints.

Non dépisté ou mal contrôlé, le diabète détériore le fonctionnement des organes vitaux et entraîne de graves problèmes de santé : cécité, insuffisance rénale, maladies cardio-vasculaires pouvant conduire à l’amputation. Sans prise en charge, les conséquences du diabète participent à diminuer l’espérance de vie.

Deux formes de diabète

- Le diabète de type 1, rapidement diagnostiqué

Il se manifeste souvent dès le plus jeune âge. Le pancréas est dans l’impossibilité de fournir l’insuline, l’hormone qui régule l’utilisation du sucre par le corps.

Ses symptômes invalidants déterminent un traitement d’urgence immédiat. L’injection d’insuline est nécessaire à la vie des malades.

- Le diabète de type 2, un diabète qui vit caché

C’est la forme la plus répandue et la plus insidieuse de la maladie.

Le diabète de type 2 résulte à la fois d’une réduction de la production d’insuline et d’une mauvaise utilisation de celle-ci par l’organisme.

Le diabète de type 2 est défini par :
- une glycémie supérieure à 1,26 g/l (7,0 mmol/l) après un jeûne de 8 heures et vérifiée à deux reprises ;
- ou la présence de symptômes de diabète (polyurie, polydipsie, amaigrissement) associée à une glycémie (sur plasma veineux) supérieure ou égale à 2 g/l (11,1 mmol/l) ;
- ou une glycémie (sur plasma veineux) supérieure ou égale à 2 g/l (11,1 mmol/l) 2 heures après une charge orale de 75 g de glucose (critères proposés par l’Organisation mondiale de la Santé)

Les conséquences de ce dysfonctionnement peuvent passer inaperçues. En France, 700 000 personnes ignorent leur diabète.

Celui-ci apparaît à l’âge mûr, généralement à partir de 40 ans et lors de la vieillesse. Le diabète de type 2 est également appelé diabète non insulinodépendant ou diabète de la maturité.

L'origine du diabète de type 2 peut être génétique. La présence de personnes diabétiques dans le cercle familial proche prédispose à la maladie et doit inciter à effectuer des dépistages réguliers. Mais c'est l'interaction entre la prédisposition génétique et le mode de vie et d'alimentation qui augmente l'occurence de cette maladie.

Le diabète a également des causes environnementales et culturelles. Des habitudes alimentaires trop riches ou déséquilibrées accentuent le risque. Le surpoids et l’obésité sont des facteurs aggravants de la maladie, car ils sont responsables de l’insulinorésistance, à plus forte raison si toute activité physique est absente.

Vous retrouverez dans nos articles des informations simples, pratiques et à jour sur le diabète, afin de prolonger  l’information des professionnels de santé que vous consultez.

Quelques repères à avoir toujours en tête

Bien manger :

  • Fruits et légumes : au moins 5 par jour
  • Produits laitiers : 3 par jour (3-4 pour les enfants ou les adolescents)
  • Féculents : à chaque repas et selon l’appétit
  • Viande, poisson, oeuf : 1 à 2 fois par jour
  • Matières grasses : à limiter
  • Produits sucrés : à limiter et plutôt en fin de repas
  • Sel : à limiter
  • Eau : à volonté pendant et entre les repas
  • Alcool : à limiter
  • Tabac : faites-vous conseiller pour arrêter

Bien bouger :

Activité physique n’est pas forcément synonyme de sport ! Marcher rapidement, monter les escaliers, faire le ménage, jardiner, aller chercher les enfants à l’école à pied, faire une balade en famille, aller chercher le pain à vélo plutôt qu’en voiture…

L’équivalent d’au moins 30 minutes de marche rapide par jour permet de diminuer le risque de développer un diabète de type 2.

Sophie Matan

Fait partie du dossier ...

Articles recommandés Diabète de type 2

Les problèmes dentaires, principalement les maladies parodontales, font partie des complications...
Les troubles articulaires de la main font partie des complications possibles du diabète. Notre fiche...
L’activité physique participe à la prise en charge non médicamenteuse des patients atteints de...
Entretien avec le Pr Pierre-Yves Benhamou, diabétologue au CHU de Grenoble, sur les réflexes à...