Prévenir l’infection des plaies pour cicatriser

Photo spray et pied
1. A quoi voit-on qu’une plaie est infectée ?
La présence de bactéries dans une plaie est normale : elles viennent généralement de la flore cutanée qui « occupe le terrain » et évite le développement excessif de germes potentiellement infectants.
Si trop de bactéries étrangères à la flore normale colonisent la plaie, une infection des tissus peut se développer : il apparaît alors du pus, des douleurs et une rougeur autour de la plaie.
Si les signes locaux s’étendent, si une fièvre apparaît, le traitement local ne suffit plus, il faut consulter car un traitement antibiotique sera peut-être nécessaire.
2. Pourquoi faut-il éviter qu’une plaie s’infecte ?
D’abord parce que la cicatrisation s’arrête ou presque en cas d’infection de la plaie. La plaie peut même se creuser davantage et laisser une cicatrice.
Ensuite parce que l’infection peut s’étendre aux tissus sains.
3. Par quoi l’infection des plaies est-elle favorisée ?
- Certaines plaies sont, par nature, à risque : les brûlures qui détruisent les tissus cutanés et sous-cutanés, les morsures, qu’elles soient animales ou humaines, qui transmettent des germes pathogènes, les plaies fines et profondes difficiles à désinfecter.
- L’origine de la plaie : le risque d’infection est plus important si la plaie est souillée de terre ou due à un outil sale de jardinage ou de bricolage.
- Un délai trop long avant la désinfection de la blessure, favorisant la multiplication des bactéries.
- Enfin, certains patients sont plus exposés que d’autres aux infections : les immunodéprimés, les diabétiques, les personnes traitées par la cortisone par exemple.
4. Quand consulter, même pour une petite plaie ?
Les plaies du visage, des doigts ou situées en regard d’une articulation méritent une exploration attentive pour déceler l’atteinte d’éléments plus ou moins profonds comme les nerfs, les vaisseaux sanguins, les tendons… Elles doivent être parfaitement nettoyées en enlevant les différents débris comme les graviers, les fibres de vêtements, etc.
Les morsures doivent être bien explorées et nécessitent souvent un traitement spécifique. Les plaies étendues, notamment les dermabrasions (lésions de râpage sur le goudron par exemple) sont douloureuses à nettoyer en particulier en cas de traces d’asphalte ; c’est pourtant indispensable pour éviter tout risque de marque : pour ces plaies, il vaut mieux faire intervenir un professionnel de santé.
Il faut bien sûr consulter si la plaie, même petite, présente des signes d’infection : pus, inflammation, rougeur, douleur…
Enfin, si besoin, c’est l’occasion de mettre à jour la vaccination antitétanique.
5. Comment améliorer l’aspect de la cicatrice ?
D’abord il faut un peu de patience car une année est nécessaire pour achever le processus de cicatrisation : une fois la plaie refermée, les tissus cutanés et sous-cutanés continuent à se réorganiser (voir La cicatrisation, comment ça fonctionne ?).
Pour un meilleur résultat esthétique, il faut que la prise en charge initiale soit adaptée : nettoyage soigneux et désinfection, suture si nécessaire. Ensuite il faut que la plaie soit surveillée pour détecter l’apparition de signes d’infection, l’absence d’amélioration ou, au contraire, une prolifération trop importante de tissu en voie de cicatrisation.
Après la fermeture de la plaie, il est recommandé d’hydrater la cicatrice avec une crème cicatrisante en la massant doucement pour prévenir les adhérences sous-cutanées.
Enfin, la cicatrice reste très sensible et il faut la protéger pendant les premiers mois pour éviter un coup de soleil ou une pigmentation anormale.

Fait partie du dossier ...

Articles recommandés Dermatologie

La peau est un organe vital qui nous protège des agressions extérieures et des variations de...
De l’irritation du rasoir à la blessure du bricoleur, de la sécheresse cutanée du nourrisson à la...
Le coup de soleil peut provoquer des brûlures d''intensité diverse. Quelques règles à respecter pour...
Les brûlures peuvent laisser des cicatrices indélébiles, surtout si elles sont mal soignées, et même...