La cicatrisation, comment ça fonctionne ?

Photo petite fille blonde blessée au genou

La peau est un organe vital qui nous protège des agressions extérieures et des variations de température.

Elle se renouvelle continuellement et, en cas de blessure, elle cicatrise selon un processus complexe qui peut être perturbé en cas d’infection.

La peau est composée de trois couches :

  • la couche externe, l’épiderme, est la plus fine et assure à la peau ses fonctions protectrices. Recouvert d’une couche cornée, l’épiderme joue un rôle de barrière vis-à-vis du milieu extérieur et évite l’évaporation de l’eau de notre corps. Il est le siège d’une flore bactérienne « résidente » et inoffensive qui évite le développement d’autres bactéries éventuellement responsables d’infections.
  • le derme est la couche de la peau où sont présentes les cellules essentielles pour la cicatrisation : les fibroblastes. Ce sont eux qui fabriquent le collagène et l’élastine nécessaires à la reconstruction de la peau blessée ou irritée.
  • l’hypoderme ou tissu sous-cutané : c’est là que se constituent les réserves de graisse de notre organisme et éventuellement, la cellulite.

Schéma coupe de la peau

La cicatrisation : un phénomène complexe
en 3 étapes

Selon la profondeur de la plaie, la cicatrice sera visible ou non. Si seul l’épiderme est agressé, il ne saignera pas car il ne contient pas de vaisseaux sanguins.

Si la plaie atteint la zone superficielle du derme, elle saignera mais guérira sans cicatrice.

Au contraire, si la lésion concerne le derme profond ou l’hypoderme, la cicatrice sera visible.

La première phase de la cicatrisation, appelée phase inflammatoire, sert à stopper le saignement et à nettoyer la plaie des bactéries et des résidus de peau. Pour cela, des cellules spécialisées sont attirées par des petites molécules (les « médiateurs ») sécrétées par les plaquettes sanguines.

Puis la phase de réparation débute : de nouveaux vaisseaux sanguins se forment, les fibroblastes se multiplient pour combler la plaie, et un nouvel épiderme se constitue à partir des bords de la blessure.

Enfin, les tissus sous-cutanés sont remodelés pour augmenter la densité et la résistance de la peau. Cette phase dure plusieurs mois après la fermeture de la plaie.

Les conditions d’une bonne cicatrisation

Si la plaie est exposée à l’air, elle se dessèchera et la croûte formée ralentira les échanges cellulaires nécessaires à la cicatrisation.

En revanche, si la plaie est maintenue en milieu humide, les migrations de cellules se feront plus facilement, ainsi que la communication entre les cellules par l’intermédiaire des médiateurs, ces petites molécules qui attirent les éléments essentiels à la cicatrisation.

La plaie doit donc être protégée du dessèchement mais aussi de l’infection : si celle-ci se développe, la phase inflammatoire initiale va se prolonger et ralentir le processus normal. D’où l’importance de désinfecter correctement les plaies le plus rapidement possible pour éviter que des bactéries infectantes ne se développent.

Enfin, pour améliorer l’aspect de la cicatrice,  il est recommandé de la protéger du soleil pour éviter une coloration anormale, de la soigner avec une crème cicatrisante favorisant l’hydratation et de la masser doucement pour éviter son adhérence aux tissus plus profonds.

Fait partie du dossier ...

Articles recommandés Dermatologie

De l’irritation du rasoir à la blessure du bricoleur, de la sécheresse cutanée du nourrisson à la...
Le coup de soleil peut provoquer des brûlures d''intensité diverse. Quelques règles à respecter pour...
Les brûlures peuvent laisser des cicatrices indélébiles, surtout si elles sont mal soignées, et même...
Chez soi ou en vacances, il est utile d’avoir une trousse de soins d’urgence pour faire face aux...