Brûlure : les bons réflexes

Photo couple barbecue

Barbecue, soleil : les vacances sont un moment propice à tous les types de brûlures. Les brûlures peuvent laisser des cicatrices indélébiles, surtout si elles sont mal soignées, et même si elles sont en apparence minimes. Elles ont aussi la particularité de s’infecter très facilement.

Face à une brûlure, il est donc important de savoir en évaluer la gravité rapidement pour faire appel si besoin à un médecin ou à un service d’urgence. La majorité des brûlures sont heureusement bénignes et peuvent être prises en charge à la maison, à condition de connaître quelques règles simples.

Les premières lésions cellulaires apparaissent dès 45°C, c’est dire l’importance de bien régler la température de l’eau qui sort de la chaudière !

La gravité d’une brûlure dépend à la fois de sa profondeur (exprimée en degrés) et de son étendue, mais aussi de la zone atteinte et de l’état général du brûlé.

Évaluer la profondeur d’une brûlure

- Une brûlure du 1er degré ne concerne que l’épiderme et l’exemple classique est le léger coup de soleil : la peau est rouge et douloureuse, elle guérira sans séquelle.

Coupe de peau et profondeurs de brûlure


- Une brûlure du 2e degré atteint le derme et correspond à la présence de cloques (phlyctènes). On distingue 2 types de brûlures :

  • les brûlures du 2e degré superficiel, très rouges et très douloureuses, qui peuvent saigner facilement mais cicatrisent sans séquelles en une semaine environ ;
  • les brûlures du 2e degré profond, qui comportent des zones rouges et des zones blanchâtres, qui sont moins douloureuses et qui saignent moins mais dont la cicatrisation sera plus longue et laissera une cicatrice. Il est souvent impossible d’évaluer la profondeur précise du 2e degré dans les premiers jours car les lésions de brûlure continuent à évoluer.

- Les brûlures du 3e degré sont uniformément blanches (ou noires en cas de carbonisation) et nécessitent souvent une  greffe de peau.
 

Évaluer la surface brûlée

C’est relativement facile si on considère que la paume de la main - doigts compris - du brûlé représente environ 1% de la surface du corps : il faut imaginer combien de fois il est possible de mettre la main du brûlé sur sa brûlure.

Quand consulter ?

Le recours à un centre d’urgence s’impose dans les cas suivants :

  • si la surface brûlée dépasse la moitié de la paume de la main de la victime
  • en cas de brûlure du 3e degré ou 2e degré profond
  • si la brûlure concerne le visage, les mains ou une région articulaire
  • s’il s’agit d’une brûlure d’origine chimique ou bien sûr électrique
  • si elle est survenue lors d’un incendie avec risque d’inhalation de fumées
  • si la brûlure s'accompagne de fièvre, de frissons, ou du troubles du comportement

Il faut aussi être très vigilant si le brûlé est une personne fragile, un enfant ou un sujet âgé. Compte tenu de la difficulté à évaluer la profondeur d’une brûlure du 2e degré dans les premiers jours, il ne faut pas hésiter à consulter en cas de phlyctènes (cloques).

En cas de doute, consultez immédiatement votre médecin.

La prévention

La cuisine reste l’endroit le plus dangereux, et certaines précautions doivent être systématiques (lire notre article sur les brûlures dans la vie quotidienne).

De façon générale, dès qu’une source de chaleur est proche, qu’un produit chimique ou inflammable est manipulé, il  faut penser au risque de brûlure, se protéger, rester vigilant et éloigner les enfants. La source de chaleur peut être simplement une cigarette (risque d’incendie avec les aérosols) ou une tasse de thé.

Certaines situations ne sont pas toujours évidentes, par exemple l’utilisation de produits à l’origine de brûlures chimiques : le ciment frais par exemple qu’il ne faut pas toucher à mains nues.

Fait partie du dossier ...

    • L Téot. Brûlures : quand adresser les patients aux urgences ? Revue Soins 2003, supplément n°672 : 4-6.
    • L Téot. Physiopathologie de la brûlure. Revue Soins 2004, n°691 :19-22.
    • F Garry. Les accidents de la vie courante en France, selon l’enquête Santé et Protection Sociale 2000. BEH 2004 n° 19-20 : 81.
    • Enquête permanente sur les accidents de la vie courante (EPAC) Résultats 2002-2003 : 37-38.
    • Guide sport et santé. Ed Vidal 2005 p. 237.
Un problème avec ce contenu ?

Articles recommandés Dermatologie

La peau est un organe vital qui nous protège des agressions extérieures et des variations de...
De l’irritation du rasoir à la blessure du bricoleur, de la sécheresse cutanée du nourrisson à la...
Le coup de soleil peut provoquer des brûlures d''intensité diverse. Quelques règles à respecter pour...
Chez soi ou en vacances, il est utile d’avoir une trousse de soins d’urgence pour faire face aux...