Le tabac, ennemi n°1 des gencives

Le tabac est un facteur de risque des maladies des gencives

La gingivite et la parodontite sont des maladies des gencives qui peuvent s’avérer problématiques pour la mastication et provoquer à la longue une chute des dents.

Les dents sont tenues par le parodonte, composé de l’os de la mâchoire, d’un tissu conjonctif de soutien et de la gencive. L’inflammation du parodonte – ce que l’on appelle une parodontite – fait souvent suite à une gingivite. Occasionnellement, lorsque le parodonte dégénère, cette inflammation provoque un déchaussement, puis une chute des dents.

Quelles sont les causes de la parodontite ?

Comme la gingivite, la parodontite provient le plus souvent d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire et du tabagisme, qui favorisent la formation de la plaque dentaire et du tartre.

Une gingivite chronique ou récidivante est susceptible de provoquer une parodontite.

Chez les fumeurs, quel que soit le sexe, le risque de développer une maladie parodontale est trois à six fois supérieur à celui des non fumeurs, et augmente proportionnellement à la quantité de tabac consommée et à l’ancienneté du tabagisme.

Le tabac représente le facteur de risque de parodontite le plus important (à l’origine d'un tiers des cas de parodontites sévères), en association avec les facteurs génétiques et hormonaux (diabète ou grossesse), l’immunodépression (VIH/sida, traitements immunosuppresseurs), les faibles conditions socio-économiques et le stress.

De plus, en cas de parodontite, les destructions osseuses de la mâchoire et les pertes dentaires sont plus fréquentes et plus sévères chez les fumeurs.

Pourquoi le tabac a-t-il cet effet nocif sur les gencives ?

La nicotine provoque une réduction du diamètre des petits vaisseaux sanguins qui irriguent les gencives et réduit ainsi leur capacité à se défendre contre les bactéries de la plaque dentaire.

De plus, la nicotine et le monoxyde de carbone de la fumée de tabac favorisent, par une diminution de la concentration locale en oxygène, la colonisation et la croissance de certaines bactéries à l’origine de parodontites.

Enfin, une substance appelée « cotinine », issue de la nicotine, est présente dans la salive des fumeurs et augmente les effets des toxines produites par ces bactéries.

Le tabac gêne le traitement des maladies des gencives

En cas de gingivite ou de parodontite, continuer à fumer entrave le succès des traitements et augmente le risque de récidive.

La réponse aux traitements non chirurgicaux (détartrage, surfaçage et polissage de la racine des dents) ou chirurgicaux est moins bonne chez les fumeurs que les non fumeurs. Les effets de ces traitements ne sont significatifs qu’au bout de six mois chez les fumeurs, contre un mois chez les non fumeurs.

De plus, les traitements chirurgicaux (régénération tissulaire, comblement, greffe osseuse et gingivale, etc.) ne sont pas mis en œuvre chez les gros fumeurs (plus de vingt cigarettes par jour), chez qui la cicatrisation de la gencive est rendue plus difficile par les effets toxiques du tabac.

Pour ces raisons, l’arrêt du tabac est souvent nécessaire avant d’entreprendre le traitement d’une parodontite.

De plus, le risque de récidive diminue avec le nombre d’années écoulées sans cigarettes.

Articles recommandés Dentaire

Les gencives constituent une cible particulière pour un certain nombre d’affections, dont certaines...
Il est important de savoir prévenir et soulages les blessures liées aux prothèses dentaires.
Les problèmes dentaires, principalement les maladies parodontales, font partie des complications...
Le port d’appareil orthodontique est de plus en plus fréquent, y compris, phénomène relativement...