Le régime crétois : les bénéfices de l’alimentation méditerranéenne

Photo balance médicaments-pomme

La diète méditerranéenne correspond à l’alimentation des populations du bassin méditerranéen dans les années 1950-1960.

L’étendue géographique du bassin est grande puisqu’elle touche 21 pays sur 3 continents, mais on y retrouve les mêmes grandes caractéristiques, à savoir une consommation importante de plantes locales, de céréales, peu de produits animaux et de sucre et l’utilisation de l’huile d’olive.

Les avantages de la diète méditerranéenne

Des études épidémiologiques, lancées dans les années 1950 en Crète, ont donné naissance en 1960 au terme « diète méditerranéenne ».  Ces études ont montré la relation entre l’alimentation et l’état de santé de la population.

Soixante ans plus tard, les résultats obtenus ont donné lieu aux grandes recommandations nutritionnelles que l’adhésion à ce régime méditerranéen reste la meilleure protection nutritionnelle au monde, notamment sur le risque de mortalité liée aux maladies cardiovasculaires.

En 2010 le classement au Patrimoine mondial immatériel de l’Humanité par l’UNESCO montre l’importance de ce modèle, qui tend à disparaître très vite avec les évolutions alimentaires et sociétales apparues depuis 50 ans.

Les grandes lignes de la diète méditerranéenne :

  • Un apport calorique équilibré
  • Une forte prédominance des produits végétaux, légumes/fruits et plantes aromatiques
  • Une forte consommation de céréales, légumineuses
  • Un apport limité de viande, de lait, de beurre
  • Une consommation fréquente de poissons
  • Un apport en lipides via l’huile d’olive
  • Le vin, consommé avec modération comme boisson de table, souvent coupé avec de l’eau.


Ces recommandations sont symbolisées par la pyramide alimentaire :

La pyramide alimentaire

De façon globale, l’analyse des études d’observation montre que l’alimentation méditerranéenne est efficace pour diminuer des facteurs de risques chez les sujets à risque tels que l’obésité, l’obésité abdominale, le syndrome métabolique, le diabète de type 2, et est très efficace pour réduire la mortalité.

Il est intéressant de traduire ces résultats sur la santé en termes de recommandations alimentaires vis-à-vis des populations actuelles à risque ou non, en mettant en évidence l’intérêt d’ajouter dans notre assiette des aliments tels que les noix, les amandes, les céréales non raffinées, le poisson, les fruits, les légumes secs.

Accédez aux aliments santé

Fait partie du dossier ...

    • 7/ Trichopoulou, 2003, 2005
    • - Trichopoulou A, Costacou T, Bamia C, Trichopoulos D. Adherence to a
    • Mediterranean diet and survival in a Greek population. N Engl J Med 2003; 348:
    • - Trichopoulou A, Bamia C, Trichopoulos D. Mediterranean diet and survival among
    • patients with coronary hearth disease in Greece. Arch Intern Med. 2005;
    • 25;165(8):929-35
    • 9/ Sofi et al 2008
    • .Sofi F, Cesari F, Abbate R, Gensini GF, Casini A. Adherence to Mediterranean diet and health status: meta-analysis. BMJ 2008; 337:a1344.
Un problème avec ce contenu ?

Articles recommandés Cancer et nutrition

Quel que soit le stade du cancer , la nutrition et l ’ activité physique sont deux pans essentiels d...
En France, les Kiosque Info Cancer sont issus de l’initiative de l’Institut National du Cancer, dans...
VRAI – FAUX Santé : mettre fin aux idées reçues. Ces informations courtes présentées sont forme de...
Le taux de guérison des cancers a considérablement augmenté au cours des vingt dernières années...