Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

Photo ostéopathe manipulant un dos

De plus en plus de Français consultent un ostéopathe, le plus souvent pour des problèmes de douleurs articulaires ou musculaires.

Mais quels sont les principes de base de cette pratique ? Existe-t-il des contre-indications ou des effets secondaires propres à l’ostéopathie ?

Petit tour d’horizon de cette forme de soins qui considère le corps comme un ensemble dont les parties doivent rester mobiles.

Les principes de base de l’ostéopathie

Pour les quelque 20 000 ostéopathes exerçant en France, les fonctions organiques dépendent directement de la structure des muscles et du squelette. En d’autres termes, les modifications de cette structure (tensions, blocages, déplacements, etc.) sont pour eux la cause des troubles de santé.

La perception de ces modifications avec le bout des doigts fournit à la fois un moyen de diagnostic et une forme de traitement des troubles qui leur sont associés.

Pour les ostéopathes, toute perturbation d’une partie du corps influence le corps dans son ensemble. C’est pour cela qu’ils interviennent sur des zones parfois éloignées de celles qui font souffrir leurs patients. Le corps est considéré comme un ensemble qui doit être harmonieux, notamment du point de vue de la mobilité des différentes parties les unes par rapport aux autres.


Quand peut-on avoir recours à l’ostéopathie ?

Les ostéopathes peuvent être consultés directement ou sur les conseils d’un médecin, pour pratiquer un traitement complémentaire d’une approche classique.

Les indications générales de l’ostéopathie sont très larges : en premier lieu, les troubles articulaires, musculaires et squelettiques, mais également d’autres problèmes (troubles digestifs, circulatoires, respiratoires, urinaires, gynécologiques, etc.).

Si votre médecin traitant ne peut vous conseiller un ostéopathe de sa connaissance, plusieurs annuaires sont disponibles sur Internet (par exemple, http://www.osteos.net pour les médecins ostéopathes, ou http://osteopathie.org).

Comment se passe une séance d’ostéopathie ?

Une consultation ostéopathique débute par un interrogatoire médical détaillé qui examine les motifs de la consultation et les antécédents médicaux. L’ostéopathe procède ensuite à un examen minutieux, en palpant le corps et les articulations, afin de tester la mobilité des os, des muscles et des organes et de poser un diagnostic ostéopathique spécifique.

La phase de traitement vise à rétablir la mobilité dans les zones perturbées. Le patient est en général allongé pendant que le praticien manipule ces zones, les mobilise en plaçant le corps dans des positions particulières ou fait effectuer des mouvements spécifiques des membres.

Les gestes de l’ostéopathe sont doux, précis et indolores, même lorsqu’il intervient sur une zone douloureuse (une entorse, par exemple). À la demande de l’ostéopathe, le patient peut intervenir activement, en accompagnant ses mouvements, ou en effectuant des séries de tensions-relâchements musculaires.

Une ou deux consultations d’environ une heure peuvent suffire, surtout lorsqu’il s’agit de problèmes ponctuels (une entorse, un torticolis, par exemple). S’il s’agit de troubles chroniques, le traitement peut être plus long.

Les rendez-vous sont assez espacés de une à plusieurs semaines.

Une consultation coûte de 40 (en province) à 100 € environ. Certaines mutuelles en prennent tout ou partie en charge, selon les contrats (sur présentation d’une facture).

Quels sont les effets secondaires possibles et les contre-indications ?

Les manipulations et les mobilisations effectuées par le praticien sont sans danger. Elles peuvent s’accompagner de craquements, mais ne doivent pas, en principe, être douloureuses. Il est possible de ressentir quelques courbatures dans les heures qui suivent une consultation. Une sensation de détente et de bien-être immédiat est très fréquente, notamment après des manipulations crâniennes.

Les maladies génétiques, les infections, les processus cancéreux ou dégénératifs et les affections justifiant d’un acte chirurgical sont des contre-indications de l’ostéopathie.

Les antécédents médicaux doivent être connus de l’ostéopathe et les patients ont tout intérêt à décrire précisément leur historique médical lors de la première consultation, même s’il s’agit de traiter une simple entorse.

Existe-t-il des preuves d’efficacité pour l’ostéopathie ?

Les thérapies manuelles ont fait l’objet de peu d’études scientifiques. Deux études, une américaine en 1988 et une britannique en 1990, ont montré que les soins ostéopathiques réduisent la durée de la convalescence après un épisode de douleur du dos. D'autres études cliniques semblent indiquer que l’ostéopathie est utile pour traiter les hernies discales et qu’elle favorise la récupération des personnes opérées de la hanche ou du genou.

Une expertise de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale, voir lien ci-dessous) effectuée en 2012 a conclu que « les réponses apportées par l’ostéopathie sont potentiellement efficaces dans les douleurs d’origine vertébrales, mais sans supériorité prouvée par rapport aux alternatives plus classiques.»

 

> Lire notre article sur les disciplines douces venues d'Orient

Articles recommandés Arthrose

Pour les personnes qui commencent un sport après 60 ans, mieux vaut envisager une activité d’...
Des méthodes douces permettent d’entretenir ses articulations vieillissantes.
L’activité physique et le sport sont indispensables pour une bonne condition physique, y compris au...
Pierre Fabre Santé s’engage depuis de nombreuses années en faveur d’initiatives de santé. L ’ Aflar...