Le sevrage tabagique en 6 questions

Photo impossible devient possible
1. Beaucoup de fumeurs appréhendent les signes de manque lors du sevrage. Peut-on les atténuer ?
Les symptômes de manque sont dus à la baisse brutale de nicotine dans l’organisme. Ils représentent les principales causes d’échec à court terme.
Pour aider un fumeur à arrêter de fumer, la première étape consiste à prendre le temps d’évaluer sa dépendance physique, comportementale et psychologique.Une prise en charge complète consiste à les traiter toutes les trois.
Toutefois, pour une bonne prise en charge, il faut prendre conseil auprès d’un professionnel de santé (votre médecin traitant ou votre pharmacien). Certains fumeurs très dépendants ou du fait de leur état de santé auront besoin d’une surveillance médicale particulière.
2. Je souhaiterais essayer d’arrêter de fumer sans traitement pharmacologique : qu’en pensez-vous ?
Le tabagisme n’est pas une simple habitude ! C’est un comportement renforcé par une dépendance physique et psychologique.
À côté du dogme de l’arrêt brutal, une autre stratégie peut être utilisée : l’arrêt progressif en compensant les cigarettes supprimées par un substitut à base de nicotine.
L’approche thérapeutique (médicamenteuse et/ou non médicamenteuse) sera fonction du degré de dépendance du fumeur, de sa personnalité et de son état de santé. Dans tous les cas, l’objectif du professionnel de santé sera de vous soutenir dans votre motivation à arrêter de fumer.
Avant de se lancer seul(e), je ne vois que des avantages à prendre conseil auprès d’un professionnel de santé. Pour faire le point mais aussi pour vérifier la validité de certaines méthodes qui peuvent s’avérer néfastes pour la santé.
3. Premier jour de sevrage tabagique avec un substitut pour sevrage tabagique : mon traitement est-il adapté ?
L’adéquation de votre traitement et donc le dosage qui vous convient est fonction de votre dépendance physique. Elle peut être évaluée par le test de Fagerström.
Pour qu’elle soit efficace, la prise en charge devra être personnalisée et modulable au cours du temps. Vous arrêterez les substituts nicotiniques lorsque vous n’en éprouverez plus le besoin.
4. Une envie impérieuse de fumer sous patch : que doit-on faire ?
Tout d’abord, je vous conseille d’en parler à votre médecin, qui pourra adapter votre prise en charge si nécessaire.
Rappelez-vous qu’il faut tenir compte du puissant conditionnement physique et psychologique qui accompagne la dépendance physique. Un accompagnement psycho-comportemental peut être parfois nécessaire.
5. Mon pharmacien m’a conseillé une prise en charge sur plusieurs mois… Existe-t-il un risque de dépendance aux substituts pour sevrage tabagique ?
Au-delà de la phase de sevrage, désapprendre à fumer prendra du temps. Mais au fil des jours, vous aurez de plus en plus de facilités à vous passer de la cigarette. Les bénéfices ressentis sont d’ailleurs presque immédiats. Dès 20 minutes, la pression sanguine et les pulsations cardiaques redeviennent normales ! Assez rapidement vous vous sentirez plus en forme et plus serein(e).

Fait partie du dossier ...

Articles recommandés Arrêter de fumer

Quelle que soit la quantité de tabac consommé et aussi longtemps qu’on ait fumé, il n’est jamais...
A un jeune de votre entourage que vous souhaiteriez convaincre d'arrêter, il est inutile de dire qu'...
A un fumeur de votre entourage que vous souhaiteriez convaincre d'arrêter, il est inutile de dire qu...
En France, on estime que 25 % des femmes enceintes fument, et seule une fumeuse sur deux parvient à...