Traiter sa dépendance au tabac

Silhouette homme avec tampon "dépendance"

Rares sont les fumeurs qui n’éprouvent pas de manque physique en arrêtant la cigarette. Même à de faibles niveaux de consommation, fumer reste une dépendance pour la majorité. 

Pour optimiser vos chances de succès, il existe aujourd’hui différentes solutions efficaces pour vous aider « à tenir » pendant la phase de sevrage. 

Nicotine et dépendance

La nicotine est la principale substance addictive contenue dans la fumée du tabac. Son pouvoir s’installe dans le temps par la répétition des prises chez les fumeurs réguliers. Il faut savoir que la consommation de 20 cigarettes quotidiennes entraîne… pas moins de 70 000 inhalations par an !

A chaque nouvelle cigarette, la nicotine inhalée agit très vite : il ne faut pas plus de 10 secondes pour que la nicotine atteigne le cerveau et déclenche une sensation de bien-être.

Les mécanismes par lesquels la nicotine du tabac conduit à la dépendance sont encore aujourd’hui à l’étude. Parmi ceux déjà mis en évidence ? On retrouve l’action de la nicotine sur une région du cerveau impliquée dans le « circuit de la récompense ». La stimulation des neurones de cette zone serait à l’origine de la sensation de satisfaction que l’on ressent lorsque l’on fume une cigarette.

Anticiper les signes de manque

A l’arrêt de la cigarette, la chute brutale du taux de nicotine est à l’origine de plusieurs manifestations caractéristiques. Ces signes sont propres à chaque fumeur, ils dépendront notamment du niveau de dépendance tabagique, de son état de santé générale. 

Les principaux signes de manque que vous pourrez ressentir :

  • Pulsions fortes à fumer
  • Nervosité
  • Agitation
  • Perturbation du sommeil
  • Difficultés à se concentrer
  • Augmentation de l’appétit
  • Constipation
  • Dépression…

N’hésitez pas à anticiper ces symptômes en demandant conseil à des professionnels de santé. Ces effets secondaires au sevrage peuvent être considérablement atténués par une prise en charge adaptée.

Les substituts pour sevrage tabagique

A l’inverse des cigarettes qui entraînent des « pics » de nicotine, les substituts pour sevrage tabagique permettent une diffusion lente et progressive de la nicotine dans le corps. L’objectif ? Assurer un apport suffisant en nicotine pour calmer le manque physique du sevrage tabagique tout en évitant l’installation d’une dépendance.

En diminuant progressivement les dosages au cours du temps, ils aident les fumeurs à se libérer petit à petit de la dépendance physique liée à la nicotine.

Les substituts pour sevrage tabagique ont montré leur efficacité chez les fumeurs dépendants qui souhaitent arrêter de fumer ou limiter leur consommation de tabac. Le traitement nicotinique de substitution est le traitement pharmacologique le mieux évalué et présente un rapport bénéfice/risque élevé.  

Différentes formes existent en fonction du degré de dépendance et des préférences du fumeur :

  • A coller sur la peau : les patchs
  • A prendre oralement : les pastilles à sucer, les comprimés, les inhaleurs, les gommes à mâcher

Les risques en cas d'utilisation de ces traitements à court terme lors d’un sevrage sont limités en comparaison des risques associés au tabagisme. Cependant, n’hésitez pas à solliciter un professionnel de santé (votre pharmacien ou votre médecin référent) pour en préciser les indications en adéquation avec votre état de santé.

    • Perriot P, Llorca PM, Boussiron D., Schwan R. Tabaccologie et sevrage tabagique. Ed. John Libbey. 2003.
    • Rosecrans et al. Neurobehavioral Mechanisms of Nicotine Action: Role in the Initiation and Maintenance of Tobacco Dependence. Journal of Substance Abuse Treatment. 1993; 10, 161–170.
    • ANAES. Les stratégies médicamenteuses et non médicamenteuses de l’aide à l’arrêt du tabac. Mai 2003.
    • Taieb C. et al. L’ajustement de la dose nicotinique. Les clés d’un sevrage sur mesure réussi. Entretiens de Bichat. 2008
    • Silagy, C., et al. Nicotine Replacement Therapy for Smoking Cessation. The Cochrane Database of Systematic Reviews, 3(CD000146). 2004
    • Projet ITC France (février 2009), résumé de l’enquête ITC France. Université de Waterloo, Waterloo, Ontario, Canada. Institut National de Prevention et d’éducation pour la santé (INPES), Institut national du cancer (INCa), Observation française des drogues et toxicomanies (OFDT), Paris.
    • HAS. Stratégies thérapeutiques d’aide au sevrage tabagique. Efficacité, efficience et prise en charge financière. Janvier 2007. 
    • INPES. Premiers résultats du baromètre santé 2010. Evolutions récentes du tabagisme en France. 
Un problème avec ce contenu ?

Articles recommandés Arrêter de fumer

Quelle que soit la quantité de tabac consommé et aussi longtemps qu’on ait fumé, il n’est jamais...
A un jeune de votre entourage que vous souhaiteriez convaincre d'arrêter, il est inutile de dire qu'...
A un fumeur de votre entourage que vous souhaiteriez convaincre d'arrêter, il est inutile de dire qu...
En France, on estime que 25 % des femmes enceintes fument, et seule une fumeuse sur deux parvient à...