Grossesse et tabac ne font pas bon ménage

Photo cendrier sur ventre femme enceinte

En France, on estime que 25 % des femmes enceintes fument, et seule une fumeuse sur deux parvient à arrêter le tabac avant ou pendant sa grossesse. Arrêter de fumer dès l’annonce de la grossesse, voire avant une grossesse programmée, est pourtant une décision indispensable pour prévenir de nombreux problèmes de santé. Voir nos articles pour vous aider à arrêter de fumer.

Arrêter de fumer pour une meilleure fertilité

Le tabac diminue la fertilité chez les hommes comme chez les femmes, en particulier chez les plus de 30 ans.

Chez les hommes, le tabac diminue la mobilité des spermatozoïdes et leur capacité à pénétrer dans un ovule. Chez les femmes, le tabac réduit la fertilité de manière proportionnelle à la quantité de fumée inhalée chaque jour. La nicotine entraîne une modification de la glaire du col de l’utérus et un mauvais fonctionnement des cils microscopiques qui tapissent l’intérieur des trompes.

Lors de l’arrêt du tabac, cette diminution de la fertilité est réversible en quelques semaines.

Ces effets négatifs du tabac sur la fertilité sont particulièrement évidents lors de procréations médicalement assistées, dont les résultats sont significativement moins bons chez les couples de fumeurs.

Le tabac, responsable d’un tiers des grossesses extra-utérines

Parfois, au tout début de la grossesse, l’ovule fécondé ne parvient pas jusqu’à l’utérus mais reste dans les trompes, voire à l’extérieur de celles-ci, dans la cavité abdominale. Cette grossesse anormale, dite « extra-utérine », est très douloureuse. Elle constitue une urgence médicale et peut mettre en danger la vie de la femme enceinte.

On estime qu’environ un tiers des grossesses extra-utérines sont provoquées par le tabac : certains composés toxiques du tabac bloquent les contractions des trompes qui dirigent l’embryon vers l’utérus, et empêchent son adhésion aux parois utérines. Le risque de grossesse extra-utérine augmente proportionnellement au nombre de cigarettes fumées chaque jour.

Cet effet négatif est réversible et le risque de grossesse extra-utérine redevient comparable à celui des non-fumeuses un mois après l’arrêt total du tabac. Pour cette raison, en cas de grossesse programmée, il est préférable de cesser de fumer quelques semaines avant de se lancer.

Fumer pendant la grossesse, un risque de complications avéré

Outre les grossesses extra-utérines, la cigarette augmente le risque d’autres maladies liées à la grossesse. Le risque de fausse couche est multiplié par 1,5 à 3, proportionnellement au nombre de cigarettes fumées chaque jour (ou à l’exposition au tabagisme passif). De plus, les saignements de l’utérus sont plus fréquents chez les femmes qui fument.

Enfin, l’accouchement prématuré (avant la 37e semaine d’aménorrhée) est trois fois plus fréquent chez les fumeuses. Cette augmentation du risque de prématurité disparaît complètement si l’arrêt du tabac intervient avant la conception et diminue nettement s’il a lieu pendant le premier trimestre de la grossesse.

De plus, fumer pendant la grossesse augmente le risque d’infections des gencives chez la future maman (parodontites) et provoque un retard de cicatrisation des plaies qui peut poser problème après une césarienne ou une épisiotomie.

Fumer pendant la grossesse réduit l’apport d’oxygène au fœtus. Sur le long terme, ce manque d’oxygène chronique provoque un retard de croissance de l’enfant à naître, avec une diminution du poids et de la taille à la naissance. Cet effet négatif du tabac s'observe même chez les femmes enceintes qui fument moins de cinq cigarettes par jour. Parfois, cette mauvaise oxygénation peut entraîner la mort du fœtus : on estime qu’une mort intra-utérine sur dix est imputable à la cigarette.

De plus, chez les femmes qui fument plus de vingt cigarettes par jour, les substances toxiques du tabac pourraient provoquer des malformations congénitales au niveau de la bouche, en particulier des fentes des lèvres et du palais.

Enfin, les nourrissons qui ont été exposés au tabac pendant la grossesse ou après l’accouchement présentent un risque deux fois plus élevé de mort subite du nourrisson, proportionnellement au nombre de cigarettes fumées par la mère pendant la grossesse.

Enceinte, attention au tabagisme passif !

Pendant la grossesse, l’exposition à la fumée des autres peut entraîner les mêmes complications que celles observées chez les femmes enceintes qui fument activement, mais à des degrés de fréquence et de gravité moindres : prématurité, fausses couches, grossesses extra-utérines, saignements du placenta, retard de croissance du fœtus, petit poids à la naissance, etc.

Les femmes enceintes et les parents de jeunes enfants doivent être particulièrement vigilants pour éviter les lieux enfumés et s’assurer de maintenir un domicile sans tabac, quitte à entreprendre eux-mêmes une démarche de sevrage tabagique.

Articles recommandés Arrêter de fumer

Quelle que soit la quantité de tabac consommé et aussi longtemps qu’on ait fumé, il n’est jamais...
A un jeune de votre entourage que vous souhaiteriez convaincre d'arrêter, il est inutile de dire qu'...
A un fumeur de votre entourage que vous souhaiteriez convaincre d'arrêter, il est inutile de dire qu...
Que vous souhaitiez arrêter de fumer seul ou en vous faisant aider, vos chances de succès seront...