Bien préparé, l’arrêt du tabac est plus facile

Photo stylet tablette médecin

Il n’y a pas de méthode universelle pour arrêter de fumer. Certains souhaitent arrêter seul, d’autres préfèrent se faire aider.

Quelle que soit la modalité que vous choisirez, vos chances de succès seront conditionnées par votre motivation et un projet mûrement réfléchi et préparé. 

Le tabagisme, une dépendance conditionnée

Arrêter de fumer, c’est renoncer à un réflexe quotidien conditionné, d’autant plus difficile à modifier si vous avez commencé durant l’adolescence.

Une fois acquis, le comportement tabagique se maintient et se renforce par trois types de dépendance

  •  La dépendance physique

Vous avez un réel besoin physique de fumer pour soulager les sensations de manque. Cette dépendance est essentiellement due à la présence de nicotine dans le tabac. 

  • La dépendance comportementale ou environnementale

L’acte de fumer est largement conditionné. Il peut être associé à des moments particuliers (vous fumez avec votre café, des lieux ou des personnes particuliers ; vous fumez en soirée, dans des moments de convivialité avec d’autres fumeurs...)

  • La dépendance psychologique

Vous ressentez du plaisir, de la satisfaction à fumer une cigarette. Ces sensations sont liées aux effets psycho-affectifs de la nicotine. 

Seule une prise en charge concomitante de ces trois types de dépendance permettra aux fumeurs les plus dépendants d’arrêter de fumer durablement.

 

Les questions essentielles à se poser avant d’arrêter

Se préparer à arrêter de fumer, c’est aussi prendre le temps de bien se connaître dans ses comportements de fumeur. Consultez notre article « Bien préparer votre consultation chez le tabacologue » ou téléchargez directement notre questionnaire. Vous y retrouverez les questions qui vous aideront à préparer ce changement.

Se faire aider

Solliciter un professionnel de santé, comme votre pharmacien ou votre médecin, vous apportera un soutien psychologique et les solutions thérapeutiques pour limiter les effets secondaires de l’arrêt. 

La prise en charge de l’arrêt du tabac peut nécessiter une aide spécialisée avec un médecin tabacologue. Tout fumeur peut en consulter, mais sachez que ces médecins ont pour vocation d’encadrer en priorité les sevrages difficiles (les fumeurs fortement dépendants, un tabagisme associé à d’autres addictions) ou qui nécessitent une prise en charge médicale spécialisée (grossesse, maladie grave…).

Vous consultez régulièrement un médecin spécialiste pour raisons de santé ou parce que vous êtes enceinte ? Vous pouvez lui parler de votre motivation à arrêter la cigarette. De nombreux spécialistes (cardiologues, pneumologues, ORL, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, gynécologues…) sont aujourd’hui pleinement mobilisés pour participer à la lutte contre le tabagisme.

Qui consulter ?

  • Votre médecin généraliste
  • Votre pharmacien
  • Le médecin spécialiste qui vous suit régulièrement
  • Un tabacologue

Se faire aider, c’est aussi demander du soutien auprès de ses proches, de sa famille, de ses collègues de travail. Mais aussi auprès d’anciens fumeurs pour échanger avec eux sur leurs expériences.

    • Benowitz NL. Nicotine Addiction. N Engl J Med. 2010 Jun 17;362(24):2295-303. 
    • Perriot P, Llorca PM, Boussiron D., Schwan R. Tabaccologie et sevrage tabagique. Ed. John Libbey. 2003.
    • INPES. J’arrête de fumer, le guide pratique pour y parvenir.
    • Projet ITC France (février 2009), résumé de l’enquête ITC France. Université de Waterloo, Waterloo, Ontario, Canada. Institut National de Prevention et d’éducation pour la santé (INPES), Institut national du cancer (INCa), Observation française des drogues et toxicomanies (OFDT), Paris.
Un problème avec ce contenu ?

Articles recommandés Arrêter de fumer

Quelle que soit la quantité de tabac consommé et aussi longtemps qu’on ait fumé, il n’est jamais...
A un jeune de votre entourage que vous souhaiteriez convaincre d'arrêter, il est inutile de dire qu'...
A un fumeur de votre entourage que vous souhaiteriez convaincre d'arrêter, il est inutile de dire qu...
En France, on estime que 25 % des femmes enceintes fument, et seule une fumeuse sur deux parvient à...