Voyager lorsqu’on est asthmatique

Photo femme prenant une bouffée d’inhalateur

Lorsqu’on souffre d’asthme, quelques précautions s’imposent afin de voyager en toute sérénité : s’assurer que son asthme est contrôlé, préparer ses traitements et se renseigner sur la situation locale. Une visite médicale s’impose également.

Faites le point sur votre asthme avec votre médecin

Avant de partir, faites le point avec le médecin sur votre asthme. Il n’est pas raisonnable de partir dans les jours qui suivent une crise d’asthme sévère, car elle est le signe d’un asthme mal contrôlé.

Apprenez à suivre votre asthme à l’aide d’un débitmètre de pointe avant de partir à l’étranger.

Choisissez votre destination avec soin

Évitez les climats très chauds ou très froids, les régions sèches et poussiéreuses, ainsi que les altitudes supérieures à 2500 mètres : l’air y est froid, sec et contient moins d’oxygène.

Évitez si possible les grandes villes fortement polluées (Mexico, Athènes, Pékin, etc.).

Il ne s’agit en aucun cas d’une contre-indication véritable : si le voyage est nécessaire, il est possible de renforcer le traitement de fond.

Quels vaccins pour le voyageur asthmatique ?

La mise à jour des vaccinations est essentielle à la préparation d’un voyage. Néanmoins, les personnes asthmatiques, plus fréquemment allergiques aux protéines des œufs, doivent être alertées sur le fait que les vaccins contre la fièvre jaune et l’encéphalite à tiques (mais également ceux contre la rougeole, les oreillons et la grippe) peuvent en contenir.

Le fait d’être asthmatique n’empêche habituellement pas de recevoir le traitement pour prévenir le paludisme. Demandez conseil à votre médecin.

Pendant le transport

Dans les transports, prenez garde aux bouches de ventilation, ainsi qu'aux changements brutaux de température lorsque l’air est climatisé. L’air sec et froid est un déclencheur de crises d’asthme, emportez une écharpe ou un foulard pour vous protéger.

  • En avion, fermez les bouches de ventilation orientables. Gardez vos traitements avec vous en cabine, en particulier le bronchodilatateur d'action rapide, qui doit rester à portée de main en cas de crise.
  • En voiture, n’abusez pas de la climatisation. Dans les villes polluées, évitez d’ouvrir en grand les fenêtres du véhicule à cause de la poussière et des gaz d’échappement.
  • En train, attention aux animaux, au tabac (dans les pays où fumer dans les trains est encore autorisé) et aux ventilations sous les fenêtres.

Ce que vous devez emporter en voyage si vous souffrez d’asthme

  • Vos médicaments (traitement de fond et traitement de crise) avec leur emballage et votre matériel (débitmètre de pointe, chambre d’inhalation pour un enfant, etc.), répartis dans deux bagages. Ne vous séparez jamais de votre traitement de crise (bronchodilatateur d'action rapide, voire adrénaline injectable uniquement pour les cas les plus sévères en situation de réaction allergique dangereuse).
  • Les ordonnances de vos médicaments et, éventuellement, des certificats médicaux décrivant votre traitement et justifiant par exemple le transport de stylo injecteur (adrénaline).
  • Les coordonnées des différents services d’urgence et des médecins sur place ; demandez-les à votre médecin.
  • Le numéro téléphonique de l’assistance de l’assurance de rapatriement sanitaire que vous aurez pris soin de contracter avant de partir.
  •  Au besoin, votre carte européenne d’Assurance maladie.
  • Un masque ou un foulard pour vous protéger de la poussière.

Articles recommandés Allergie

Sur 502 millions d'européens, 115 millions sont victimes d'allergies respiratoires. Parmi eux, 45%,...
L'urticaire est une affection cutanée caractérisée par une éruption de plaques rouges/rosées,...
En voyage, la personne allergique quitte son environnement habituel pour un univers inconnu où elle...
De formes cliniques diverses et d’intensité variable, les allergies frappent toute l’année ; elles...