Le rôle du médecin dans la rhinite allergique

Photo jeune qui éternue dans une salle d’attente

Le diagnostic d'une rhinite allergique repose sur un interrogatoire complet ainsi qu'un examen clinique du patient par le médecin.

Des tests complémentaires peuvent également être réalisés, notamment pour rechercher l'allergène responsable de la rhinite allergique.

L’interrogatoire médical

L'interrogatoire représente la première étape du diagnostic de la rhinite allergique.

Le médecin pose à son patient des questions sur les symptômes, leur mode de survenue, leur intensité et leur durée.

L’examen ORL

L’examen du nez à l'aide d'un spéculum spécifique est recommandé. Un approfondissement de cet examen est nécessaire dans certains cas particuliers.

Un bilan ORL complet est indispensable en cas de symptômes atypiques (obstruction nasale uniquement ou d'un seul côté, douleurs importantes au visage, troubles auditifs, troubles de l'odorat sévères ou persistants, saignements de nez, etc.), de doutes sur le diagnostic, en cas d'inefficacité des traitements ainsi que dans certains contextes particuliers, notamment dans les milieux professionnels où il existe un risque important de développer des tumeurs (travail du bois, du cuir, du chrome, du nickel ou avec des vapeurs toxiques).

Pour bien préparer votre consultation chez le médecin et connaître les questions qu'il peut vous poser, consultez notre article Préparer votre consultation chez le médecin allergologue.

Les tests cutanés

Lorsque l'interrogatoire permet d'évoquer une origine allergique de la rhinite et que l'examen ORL a permis d'écarter d'autres pathologies non allergiques, il peut être intéressant de rechercher l'allergène responsable au moyen de tests cutanés appelés prick-tests.

Ces tests sont facilement réalisables par un médecin possédant des compétences en allergologie.

- Comment se déroule un prick-test ?

Des gouttes d'extraits allergéniques sont déposées sur l’avant-bras ou le dos et introduites, en les piquant légèrement, sous la peau.

Les zones qui deviennent rouges, au bout de quelques minutes, indiquent une sensibilité du patient à l'allergène piqué. La lecture des résultats s'effectue 10 à 15 minutes après réalisation du test.

Une sensibilité ne signifie pas systématiquement allergie et développement de symptômes allergiques. En effet, 25% des sujets ont des tests cutanés positifs mais ne présentent aucun symptôme clinique

- Quels sont les allergènes le plus souvent recherchés ?

Les allergènes sont recherchés selon le profil du patient (région, habitat, travail, etc.).

Chez le patient âgé de plus de 3 ans, il est recommandé de rechercher les allergènes domestiques : acariens, chat, chien, pollens d'arbres, de graminées, d'herbacées (ambroisie, armoise, plantain) et moisissures les plus fréquentes.

Pour les plus petits (âgés de moins de 3 ans), il est également indiqué de tester les allergènes suivants : lait de vache, oeuf, arachide, soja, morue et noisette.

Les autres tests

Certains tests biologiques par prise de sang (dosage des immunoglobulines E spécifiques), mécaniques (test de provocation) ou radiologiques (tomodensitométrie) sont nécessaires lorsque les tests cutanés ne coïncident pas avec l’allergène suspecté cliniquement, que l'allergène recherché est rare ou que les tests cutanés ne sont pas réalisables ou interprétables.

Et l’asthme dans tout cela ?

Il est important de rechercher la présence d'un asthme associé à une rhinite allergique, les deux pathologies pouvant cohabiter et avoir une influence négative dans leurs traitements respectifs.

Articles recommandés Allergie

Sur 502 millions d'européens, 115 millions sont victimes d'allergies respiratoires. Parmi eux, 45%,...
L'urticaire est une affection cutanée caractérisée par une éruption de plaques rouges/rosées,...
En voyage, la personne allergique quitte son environnement habituel pour un univers inconnu où elle...
De formes cliniques diverses et d’intensité variable, les allergies frappent toute l’année ; elles...