Pour le dépistage systématique du cancer de la prostate

Michaël Peyromaure, professeur d'urologie à l'hôpital Cochin, s'insurge contre la décision de la Haute Autorité de santé (HAS) de ne plus recommander le dépistage du cancer de la prostate.

Un des arguments invoqués par la HAS est qu'il n'existe pas de preuve de l'intérêt du dosage du PSA (antigène spécifique de la prostate) chez les hommes sans symptômes. Or dans tous les pays développés, le PSA est largement prescrit.

Selon le médecin, la prise de position de l'HAS va à l'encontre des pratiques médicales courantes.

 

Lire notre article Cancer de la prostate : comment faire face ?