Chauve-souris infectée par un Lyssavirus à Taïwan

A Taïwan, dans la semaine du 10 au 16 avril 2017, une chauve-souris de maison japonaise ou pipistrelle japonaise (Pipistrellus abramus) a été retrouvée morte dans le comté de Yunlin, testée positive pour un Lyssavirus.

Le séquençage des gènes a montré que la souche était à 98,7 % semblable au virus trouvé chez une autre pipistrelle japonaise en novembre 2016. Ces chauves-souris de la famille des Vespertilionidae se rencontre en l'Asie de l'Est, en Chine et à Taiwan dans la région d'Ussuri, dans la péninsule coréenne et au Japon. Les chauves-souris sont les réservoirs naturels de la plupart des Lyssavirus, virus étroitement apparentés mais non identiques au virus de la rage.

La rage est une maladie mortelle si elle n'est pas traitée à temps. Le traitement préventif de la rage humaine est très efficace s'il est administré rapidement après le contact avec l'animal porteur.

La contamination de l'homme se fait exclusivement par un animal au contact de la salive par morsure, griffure, léchage sur peau excoriée ou sur muqueuse (œil, bouche). L'animal peut devenir contagieux 15 jours avant l'apparition des premiers symptômes de la maladie et il le reste jusqu'à sa mort. Si l'animal est en vie et ne présente pas de symptômes après une période d'observation de 15 jours à partir de la date d'exposition (morsure ou autre exposition), il n'a pas pu transmettre la rage à la personne mordue.

Pour réduire le risque de contracter la rage, il est recommandé d'éviter tout contact avec des animaux domestiques, des chauves-souris ou avec des mammifères sauvages.

En cas de morsure, de griffure ou de léchage sur une plaie :

  • Les soins locaux avec nettoyage de la plaie à l'eau et au savon pendant 15 minutes, rinçage, application d'un antiseptique iodé ou chloré, sont indispensables pour limiter le risque infectieux.
  • Il faut ensuite consulter un médecin qui décidera de la nécessité d'un traitement antirabique vaccinal et de l'administration d'immunoglobulines spécifiques antirabiques, en l'absence de vaccination préventive.

La vaccination préventive peut être recommandée pour les expatriés et voyageurs à risque (randonneurs, enfants, cyclistes, spéléologues, sujets ayant des contacts avec les animaux). La vaccination préventive ne dispense pas d'un traitement curatif, qui doit être mis en œuvre le plus tôt possible en cas d'exposition avérée ou suspectée, mais elle simplifie le traitement et dispense du recours aux immunoglobulines, qui ne sont pas toujours disponibles dans les pays en développement.

Pour le voyageur, des informations détaillées sont disponibles sur les sites Mesvaccins.net ou Medecinedesvoyages.net.

Source : Promed.

Dans la même rubrique

Aux Etats-Unis, au cours des dernières semaines, les départements de santé ont commencé à notifier la détection du virus West Nile (WN, ou virus du...
MeteoFrance Polynésie Française a émis des avis de vigilance pour forte houle sur plusieurs zones de l'archipel. Pour la zone des Australes : avis de...
En Chine, le 24 juin 2017, un énorme glissement de terrain a fait 141 disparus au sud-ouest de la Chine dans un village isolé de la province du...
Le Département d'État des États-Unis recommande d'éviter les déplacements au Burundi en raison des tensions politiques, de la violence politique et...